Dossier 443 – Kit up

Dossier 443 – Kit up

Kit-up / Escalier modulable en béton

Description du projet

Afin de concevoir un escalier en béton, notre volonté première est de rompre avec le rythme de vie hâté de l’usager en imaginant une nouvelle façon de se déplacer au sein d’un escalier. L’idée étant de prendre le temps; de regarder autour de soin, d’admirer l’environnement, d’être ouvert à la rencontre, l’escalier serait alors pour le promeneur une sorte d’accompagnement, de transition à
la descente. Notre intention était également portée sur l’élément de repère. En fonction de son environnement, pas seulement un, mais plusieurs escaliers, pourraient être disposés. A la manière des Folies de Bernard Tschumi, l’escalier deviendrait alors un élément signalétique, une référence qui ponctue l’espace tout en gardant une continuité d’ensemble. Il représenterait un temps de pause pour le promeneur et apparaîtrait comme un parcours.

Cette structure est conçue comme une sorte de jeu de construction, de kit, facile à mettre en oeuvre et à assembler. Avec des packs tout
compris, on propose quatre modules principaux standardisés et déclinables par leur taille et couleur. Conçus avec un assemblage
mécanique, les panneaux horizontaux sont maintenus par les panneaux verticaux à l’aide d’équerre en inox. Ces modules seraient multifonctions, à la fois sur le point de vue technique, visuelle et fonctionnelle, pas besoin alors d’ajouter d’éléments extérieurs.

Ce n’est pas le site qui s’adapte à l’escalier mais l’escalier qui s’adapte à son environnement, aux besoins et goûts de chacun.
Avec un escalier fonctionnel, modulable, déclinable, il offrirait plusieurs possibilités d’assemblage et d’appropriation à l’usager
(libre de s’asseoir à certain endroit, de s’y poser, s’y cacher, s’y abriter, attendre, regarder la vue, prendre une photo de ce point de vue ..) ainsi qu’une circulation libre.
Les surfaces étirées, qui restent dans la continuité des marches, viennent insérer des temps de pauses au sein de l’escalier, se qui ponctue l’espace et romps le rythme pressé en invitant l’usager à adopter une démarche calme et lente. Jouer avec les vides et les pleins apporterait du souffle à la structure.

Nos volontés furent ensuite véhiculées par l’aspect visuel de l’escalier.
Avec le choix de couleurs soutenues et contrastée, on voulait créer une identité visuelle forte, marquante et attractive soulignant les formes de la structure. L’idée est qu’il devienne un élément de signalétique fort, un signe dans l’espace dont on se souvient, dont on se réfère.
Le choix de formes horizontales évoquent le calme, la plénitude et est en adéquation avec le site horizontal ainsi que la Seine. Mais comment
rendre visuellement de la finesse à un escalier constitué principalement de béton ? Étant un élément signalétique, on a pensé à ce que l’on verrait de l’autre rive. En épousant les traits de coupes des plateaux avec une couleur différente, un effet d’optique vient se créer, donnant l’illusion d’une ligne continue entre les escaliers et les plateaux horizontaux et verticaux.
Des lignes fines et légères seraient alors visibles indiquant un mouvement, l’idée d’un chemin à suivre, un signal. Son aspect évoque l’illusion
d’un pliage en papier avec ses languettes, en écho avec sa facilité de construction.   On crée alors un signe dans l’espace qui vient ponctuer son environnement invitant le promeneur à suivre un parcours le temps d’une photo, d’un passage, d’une pause.

 

Je vote pour ce projet